5 minutes avec toi

5 minutes avec toi
7 ans, ça fait 7 ans que j'ai eu la nouvelle qui m'a le plus fait mal dans ma vie. Si seulement tu étais encore ici. Je pourrais aller chez toi, te surprendre dans ta balançoire dans la cour. Grand-papa serait assis devant toi en train de dormir, sûrement ! Et toi, tu serais en train de faire tes mots cachés. Le son de la porte qui ouvre te ferait lever la tête et je verrais tes yeux s'éclairer par ma visite surprise. Tes yeux si bleus avec ta peau bronzée qui rendait jaloux tous ceux qui n’avait pas le temps de se mettre au soleil comme tu le faisais. Si seulement tu étais encore ici pour que j’aille m'asseoir à côté de toi, que je te prenne la main, que je caresse ta peau qui était rendue si mince. Et toi, tu ferais ta forte, comme d'habitude, en disant que tout va bien.

Il n'y a pas une journée depuis les 7 dernières années où je ne souhaite pas pouvoir te revoir. Je me demande souvent ce que je pourrais bien te dire, parce qu’en fait, depuis que t'es partie, je continue de te parler constamment. La seule différence, c’est que je n’ai pas de réponse en retour. Et c’est de tes réponses que j’ai besoin. Ta sagesse, ton grain de folie. J’aimerais que tu me dises que tout va bien aller. Que tu es fière de la femme que je suis devenue et que tu n’es pas inquiète pour moi. Que si je n’ai toujours pas trouvé l’amour, c’est parce que la vie fait juste attendre que je sois vraiment prête. Qu'il s'en vient, t'attendais juste le bon moment pour me l'envoyer, parce que quand il arrivera dans ma vie, ça va tout chambouler tellement ça va être beau.

Si seulement tu étais encore ici, avec nous, à rire à plein poumons, à nous offrir des chips et toutes sortes de cochonneries que tu cachais juste pour quand on allait chez vous. Encore après toutes ces années, je t’en veux encore d’être partie par la porte de derrière sans nous dire au revoir. Je le sais que si tu l’as fait, c’était pour t’éviter de voir notre inquiétude, de voir les larmes sur nos visages. Pour la première fois de ta vie, tu as été égoïste. Toi qui n’as que fait que penser aux autres, toute ta vie. Toi qui est passée en dernier dans tout ce que tu faisais, parce que le bien-être des autres, c’était ce qui était le plus important, tu as pensé à toi et tu as gardé un secret pour pouvoir partir tranquillement dans la nuit.

J’aimerais tellement savoir ce qui s’est réellement passé cette nuit-là. Avec ton mari. Est-ce qu’il t’a tenu la main jusqu’à la fin ? Est-ce qu’il a paniqué ? Est-ce que tu étais capable de lui parler pendant que tu t’en allais ? Comment tu t’es sentie toi ? As-tu eu peur, est-ce que c’est vraiment ça que tu voulais ? La mémoire de grand-papa est partie avec toi. Le peu de mémoire qui lui restait, tu l’as emportée avec toi. Les souvenirs de cette nuit-là, il n’y a que toi qui les connais.

Tu m'as vu grandir, du haut de notre duplex dans Hochelag'. Tu me voyais débarquer chez vous, parce que chez nous c'était plate. Tu ne me posais pas vraiment de questions, tu attendais que je te parle. Je me souviens des dîners chez toi, de l'odeur de l'appartement. Je me souviens encore de ton odeur à toi. Tu t'es sûrement autant inquiété que maman pour moi, mais tu ne me l'as jamais vraiment fait sentir. Je savais que tu étais là, t'étais la meilleure grand-maman que j'aurais pu avoir.

Tu m’as vu devenir en couple, à 18 ans. Tu m'as vu devenir mère et tu as commencé à t'inquiéter pour moi à ce moment, parce que tu le savais toi, que je n'étais pas heureuse. Tu m'as vu devenir malheureuse et prisonnière de mon couple. Tu me disais qu'il n'y avait plus rien dans mes yeux, plus de vie, plus de joie. Et finalement tu m'as vu me séparer, tu as vu ma douleur. Tu étais de la génération des gens qui travaillent fort pour leur couple, de ceux qui ne se séparaient pas, mais tu me comprenais. Et j’aurais tellement aimé que tu me vois à nouveau heureuse. J’aurais aimé que tu fasses rire mon amoureux et que surtout, tu le rendes mal à l’aise avec tes jokes de cul.

Aujourd’hui, dans ton ciel, est-ce que tu m’entends ? Est-ce que tu le sais à quel point je suis en manque d'amour ? Est-ce que tu le sais à quel point je me sens seule même si je suis entourée de gens extraordinaires ? Toi, d’en haut, est-ce que tu m’entends quand je te demande de m’aider à passer au travers ce célibat qui ne semble plus finir depuis que tu es partie ? Toutes ces années à trouver mon lit trop grand. À me dire que j'ai plein d'autres choses dans ma vie pour me combler. Qu’un jour ce sera mon tour, mais que ce tour ne semble jamais se pointer.

Grand-maman, je t’ai crié "pourquoi" trop souvent dans mon lit. Je t’ai demandé trop souvent conseil. Je t’ai demandé de m’envoyer un signe à savoir si j’allais avoir mal ou non. J’ai peur Grand-maman, j'ai peur que l'amour ne soit pas fait pour moi. J’ai peur de finir ma vie seule. Pourquoi t'es pas là ? J'irais me coller sur toi, tu pourrais me flatter les cheveux pendant que je me bourre la face dans tes cochonneries !!

Je t'aime, j'espère que t'es heureuse là-haut. On se reparle ce soir.

Isa

Isa T @isatess

Published 1 year, 1 month ago


Leave a comment


Receive following comments